Qualité, traçabilité, abordabilité : la société civile mobilisée

Date de publication
jeu 09/07/2020 - 07:00
Catégorie

La loi du marché et la mondialisation impactent directement l’abordabilité et la disponibilité des médicaments. ITPC-MENA mène un travail fondamental de plaidoyer et de sensibilisation pour contrer ces effets.

Aissam Hajji, chargé de plaidoyer de la coalition internationale de préparation au traitement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (ITPC-MENA), revient pour L'Initiative, sur le travail de plaidoyer d'ITPC-MENA.

Zone centrale
Titre du bloc
Quels mécanismes nourrissent la non abordabilité ou indisponibilité des médicaments ?
Contenu du bloc

Les médicaments sont des biens marchands soumis aux lois de la propriété intellectuelle comme les autres produits. Les laboratoires déposent des brevets sur les molécules, valables 20 ans en moyenne: ils sont en situation de monopole. La concurrence ne joue plus son rôle de régulation des prix, et les risques de rupture de stock s’accroissent. Pour faire face à ces situations et sensibiliser les parties prenantes sur l’impact de la propriété intellectuelle sur l’accès aux médicaments, la veille et le plaidoyer doivent être au coeur de la riposte de la société civile.

 

Titre du bloc
Quel rôle peut jouer la société civile ?
Contenu du bloc

Elle peut lever les barrières de la propriété intellectuelle, par un travail de veille sur les prix, sur la fabrication des médicaments et de plaidoyer auprès des laboratoires ou des gouvernements. Les laboratoires peuvent choisir d’accorder des « licences volontaires » à un pays en fonction de l’urgence sanitaire ou de sa situation financière. Ces licences peuvent aussi être prises unilatéralement par les gouvernements, on parle alors de « licences obligatoires ».

 

Titre du bloc
Quels sont les résultats concrets du plaidoyer ?
Contenu du bloc

Le dolutegravir, traitement de contrôle de la charge virale du VIH, a été commercialisé dès 2014 à 14000 dollars par an et par patient. Après négociations, son prix, abaissé à 1 500 dollars au Maroc, restait prohibitif. Nous avons donc fait pression sur le ministère de la Santé et le gouvernement pour la prise d’une licence obligatoire. Notamment en les invitant à rencontrer la société civile et les représentants de patients aux grands rendezvous mondiaux comme AfraVIH ou le congrès AIDS. En 2016, le laboratoire a accordé une licence volontaire au Maroc. Le traitement coûte aujourd’hui 45 dollars par patient et par an : on estime que 30 fois plus de patients y auront accès lorsqu’il sera disponible au Maroc en 2021.

 

x

Recevez "La nouvelle Initiative"

Inscrivez-vous à notre newsletter "La nouvelle Initiative". En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez qu’Expertise France vous communique son actualité. Nous traiterons votre adresse e-mail conformément à notre politique de gestion de données personnelles. Nous vous invitons à la consulter afin de connaitre vos droits.