RENFORCER LES SYSTEMES DE SANTE EN FAVEUR DES POPULATIONS MIGRANTES DANS LA PROVINCE DE TAK, THAÏLANDE

Date de publication
jeu 05/03/2020 - 08:30
Catégorie

Expertise France et l’Initiative 5% sont fières de démarrer un nouveau partenariat avec le Shoklo Malaria Research Unit (SMRU) de l’Université de Mahidol pour renforcer les systèmes de santé pour les migrant.e.s marginalisée.e.s et sans papiers dans la province de Tak, en Thaïlande.

>>> Découvrir la fiche projet du SMRU

Zone centrale
Titre du bloc
UN ENJEU HUMAIN A LA FRONTIERE ENTRE LA THAILANDE ET LE MYANMAR
Contenu du bloc

 

En 2019, le nombre total de migrants enregistrés en Thaïlande était estimé à plus de 3 millions, originaires du Myanmar, du Cambodge et du Laos. Le pourcentage de femmes migrantes, enregistrées en Thaïlande est estimé entre 40% et 45%. Selon l'Office International des Migrations (OIM) de Thaïlande, le nombre de travailleurs migrants originaires du Myanmar enregistrés en Thaïlande est estimé à au moins 2,3 millions, auxquels s'ajoutent 800 000 migrant.e.s sans-papiers.

Ces migrant.e.s sans-papiers ne sont pas couvert.e.s par des régimes publics d’assurance maladies, et sont confrontés à de gros obstacles dans l’accès à des soins de qualité, accentués par une mauvaise connaissance de la santé et des maladies. En Thaïlande, la marginalisation, la situation d’irrégularité et de pauvreté pour les migrants du Myanmar les empêchent d’avoir accès aux services fournis par le gouvernement. Au Myanmar, le manque d’infrastructures sanitaires et les ressources humaines peu qualifiées empêchent ces migrants d’avoir accès à un service de santé de qualité dans leurs pays, notamment en matière de santé maternelle et infantile, de traitement de la tuberculose, du VIH et du paludisme.

 

Zone centrale
Titre du bloc
D’IMPORTANTS BESOINS EN MATIERE DE SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE
Contenu du bloc

 

Le Myanmar reste aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres au monde. Les femmes, particulièrement les femmes enceintes sont très touchées par le manque d’accès aux services essentiels, notamment dans l’Etat Karen. Le ratio de mortalité maternelle y est de 282 décès pour 100 000 naissances en vie. Il s’agit d’un des ratios les plus élevés en Asie du Sud-Est. Près de 87% des décès maternels surviennent en zones rurales, où les infrastructures sont insuffisantes et l’accès aux services de santé reproductive est limité, voire inexistant. Ces données reflètent des déterminants structurels qui entravent l’accès à la santé pour les migrant.e.s du Myanmar : transports coûteux et difficiles sur des terrains accidentés, manque d'infrastructures communautaires et/ou sanitaires, statut socio-économique défavorisé et marginalisé, manque de connaissances en matière de santé et de sensibilisation aux besoins de santé génésique dans l'ensemble des communautés.

La démographie des travailleurs migrants du Myanmar en Thaïlande (principalement des personnes de l'adolescence à la fin de la trentaine) coïncide avec la période la plus active et la plus vulnérable en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR). Les femmes et les adolescent.e.s en âge de procréer sont les plus touché.e.s par les problèmes de santé sexuelle et reproductive. Lorsque les hommes, peuvent s’inscrire et bénéficier d’une assurance maladie, ils sont souvent accompagnés de leur femme et de leurs enfants, laissé.e.s sans couverture dans ces dispositifs publics. L'accès aux services de santé, d'éducation et de protection sociale est ainsi très limité pour les femmes et les enfants de Myanmar, installés en Thaïlande.

Pour permettre à ces femmes du Myanmar d’avoir accès à des soins, des consultations sont assurées par des cliniques privées, telles que la clinique de Wang Pha, tenue du côté de la frontière thaïlandaise, par le SMRU. Ces femmes doivent ainsi traverser en toute illégalité, quotidiennement la rivière Moei qui sépare les deux pays voisins, pour venir y accoucher et recevoir les premiers soins avant de repartir.

Zone centrale

Sélectionné suite à l’appel à propositions 2019 de l’Initiative 5%, le projet du SMRU a été signé en février 2020 et démarrera au mois de mars.

Zone centrale
Titre du bloc
UNE APPROCHE PROACTIVE
Contenu du bloc

 

Ce projet vise à répondre aux besoins complexes en matière d’accès aux soins des femmes migrantes de Myanmar, installée en Thaïlande. Il s’inscrit ainsi dans le cadre de l’Objectif 3 des Objectifs du Développement Durable pour donner les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges. Il a pour ambition de:

  • Soutenir la mise en réseau et la coordination des parties prenantes de la santé sexuelle et reproductive à Phop Phra et Mae Ramat;
  • Renforcer les capacités des agents de santé communautaires et développer les services de santé sexuelle et reproductive à travers des équipes mobiles;
  • Mettre en place un système de suivi et de surveillance des services de santé sexuelle et reproductive, en y incluant les cas d’urgence et de violences basées sur le genre.

 

Le projet est mis en œuvre par le SRMU, pour une durée de trois ans dans la province de Tak en Thaïlande, dans les trois districts de Mae Sot, Mae Ramat et Phop Phra qui représentent les principaux points de passage de personnes allant du Myanmar vers la Thaïlande. Ces lieux concentrent une forte proportion de populations mobiles, comprenant les femmes et les femmes enceintes, à la recherche de soins dans les centres de santé primaire du système de santé thaïlandais ou dans les établissements privés.

 

Le SMRU met en place une approche proactive en permettant une meilleure intégration transversale des services de santé et en développant une approche communautaire pour faciliter l’intégration des populations marginalisées, actuellement en dehors du réseau de soins. Une première phase d’évaluation et de quantification, menée en lien avec les partenaires du projet, permettra de dresser l’étendue, la portée, les langues parlées et les types de services de santé sexuelle et reproductive qui sont et pourront être fournis aux migrant.e.s du côté thaïlandais de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. Des forums et ateliers seront organisés pour renforcer les capacités des agents de santé communautaire et de l’équipe de sensibilisation. Des activités mobiles de santé sexuelle et reproductive seront menées par les équipes de proximité sur les sites identifiés. A terme, un programme d’enseignement commun sur la santé sexuelle et reproductive adapté aux adolescents et sensibles aux questions de genre est attendu. Il permettra aux agents de santé d’assurer des soins préventifs en matière de SSR, des dépistages (test de grossesse, nutrition, tests rapides pour le paludisme et le VIH) et des ateliers de sensibilisation sur la gestion des signes de la tuberculose et des signes de danger pendant la grossesse.

 

>>> Découvrir la fiche projet du SMRU

Zone centrale
Titre du bloc
UNE SYNERGIE ENTRE LES PROJETS DE L’INITIATIVE 5%
Contenu du bloc

 

Ce projet sera mis en œuvre par le SMRU, en partenariat avec le Bureau provincial de la santé publique de la province de Tak (Tak Provincial Public Health Office, TPHO) et la Fondation pour la santé des régions frontalières (the Borderland Health Foundation, BHF).

Outre ces partenariats opérationnels, le SMRU bénéficiera du soutien et de l’appui du M-FUND, financé par le Fonds mondial et par Expertise France, et UNICEF, et qui met en œuvre un nouveau modèle d’assurance maladie à but non lucratif et à faible coût pour les migrant.e.s du Myanmar vivant en Thaïlande. Le SMRU s'appuiera en effet sur sa collaboration avec le M-Fund pour étendre la couverture d'assurance aux migrants.

Zone centrale

Retrouvez le projet M-Fund l’assurance santé à bas coûts et à but non lucratif pour les migrants non enregistrés qui vivent en Thaïlande, mise en œuvre par Dreamlopment Ltd.

Zone centrale

Depuis sa création en 1986, le SMRU est à l'avant-garde de la recherche sur le paludisme. Reconnu pour ses activités de soins en direction des populations les plus vulnérables, le SMRU est un partenaire de mise en œuvre de longue date des programmes de lutte contre le paludisme et la tuberculose du Fonds mondial dans la région. Le programme METF (Malaria Elimination Task Force) du SMRU, bénéficiaire des subventions du RAI et RAI-2E du Fonds mondial, soutient les activités de recherche et d'investigation des cas de paludisme dans la province de Tak. Au Myanmar, le SMRU intervient dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose, des coïnfections TB/VIH et de la tuberculose multirésistante (TB MDR).

 

>>> Visiter le site internet de la Shoklo Malaria Research Unit (SMRU)

 

SMRU logo
Responsive (recommandé)
x

Recevez "La nouvelle Initiative"

Inscrivez-vous à notre newsletter "La nouvelle Initiative". En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez qu’Expertise France vous communique son actualité. Nous traiterons votre adresse e-mail conformément à notre politique de gestion de données personnelles. Nous vous invitons à la consulter afin de connaitre vos droits.